currywurst-musee

Imbiss le fast-food à la berlinoise

Si l’on regarde la définition du fast-food sur Wikipedia, on trouve des Hamburgers déclinés en chaînes plutôt décriées. Et si au départ la restauration rapide avait la vertu de vous faire épargner, du temps et de l’argent, le constat aujourd’hui est impérieux : le fast-food c’est mauvais !

Bien sûr quand vous découvrez une ville vous êtes curieux de la dévorer dans ses moindres détails et ses plus bas instincts. Chaque jour, vous arpentez des kilomètres d’asphalte sans épargner la semelle de vos chaussures à la limite de l’hypoglycémie. C’est vital: Il faut vous mettre quelque chose sous la dent !

Croquer en allemand ça se dit Beissen, d’où le mot Imbiss, écrit sur toutes les échoppes où l’on vous propose quelque chose à croquer. Et en terme de choix Berlin ne reste pas sur sa faim, car on y a inventé le Kebap et que son influence turque se goûte aussi en Kumpir grosse pomme de terre au four farcie et en Börek pâte feuilletée fourrée à la viande haché ou aux épinards, car à Berlin la Currywurst a son musée, tout un programme à dévorer.

Le Berliner Kebap

« La légende veut que ce soit à Berlin que le döner kebab aurait été inventé, en 1971, par un certain Mehmet Aygün » cette citation du wiki France ouvre l’aspect sociologique du fameux sandwich oriental. On y apprend que la multiplication de ces petites échoppes de restauration rapide a été l’une des réponses qu’ont trouvé les immigrés turques ou d’Afrique du nord à la disparition rapide des emplois industriels pour lesquels ils avaient immigrés en Europe. Question goût, le Kebab berlinois est assez différent de son confrère hexagonal. La viande qui tourne sur la broche est préalablement hachée puis reconstituée en un conne parfait, ce qui permet d’en faire des copeaux extrêmement fins. Le sandwich est servi sans frite à l’intérieur et le tarif défit toute concurrence. Sur la Hermannplatz par exemple, on peut se payer un Kebap pour moins de 3 euros mais il est bon d’ajouter un supplément viande de 1,00 € si l’on ne veut pas se sentir spolié.

Au rayon  » le kepab qu’il faut absolument avoir mangé à Berlin » on trouve dans tous les bons guides de voyage qui se respectent, l’adresse du Mustafa’s Gemüse Kebap à Merhingdamm. Gemüse ça veut dire légumes et ce sont donc des poivrons, tomates, courgettes et autres légumes méditerranéens qui tournent avec la viande sur la broche. A en observer la file d’attente devant l’échoppe, l’expérience doit être à la hauteur de sa réputation.

La Currywurst a son musée

Cette saucisse à la sauce ketchup saupoudrée de curry est la spécialité « culinaire » berlinoise. Ce n’est certes pas une grande œuvre gastronomique mais ça se mange, debout si possible dans une petite barquette, avec quelques frites (prononcées « pommesse » en référence à nos pommes frites). Et si vous aviez le cliché en tête que l’Allemagne est le pays de la saucisse et bien vous ne vous êtes pas beaucoup trompé, car on s’arrache avec fierté la genèse de cette recette miraculeuse, jusqu’à en faire un musée.

Un musée qui a beaucoup travaillé sur son interactivité et extrapolé les limites de son plat culte pour attirer les visiteurs. A visiter principalement avec des enfants pour son côté ludique et interactif (l’entrée et gratuite pour les – de 6 ans)

Une adresse incontournable pour déguster à la fois le Mustafa’s Gemüse Kebap et la « meilleur currywurst de Berlin », c’est au métro Merhingdamm, sur le même trottoir les deux enseignes. Sinon un peu partout en ville, partout où il y a de l’affluence (grandes places, gares, rues commerçantes…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>