histoire de Berlin

Petite histoire de Berlin

Véritable musée à ciel ouvert, Berlin expose son histoire à chaque coin de rue. Peu de métropoles n’ont été aussi souvent divisées en profondeur, alternant temps sombres et époques brillantes. Ville souveraine du Brandebourg, Berlin porte les stigmates particulièrement visibles d’une histoire contemporaine très marquante mais son développement remonte au Moyen-Age.  Retour sur des siècles d’histoire qui ont façonné le caractère de cette ville attractive et dynamique au cœur de l’Europe avec notre petite histoire de Berlin.

De la ville commerçante du Moyen-Age à la Capitale

A l’origine de Berlin, on retrouve l’union au 13ème siècle de 2 villages situé sur chaque rive de la Spree: Cölln et Berlin. Les 2 rives vont progressivement fusionner pour ne garder que le nom de Berlin, dont l’importance va croître rapidement. On retrouve des traces de cette époque dans le Nikolaï Viertel au cœur de la ville. Ce sont les souverains du Brandebourg (d’abord Grands Electeurs puis Rois et Empereurs) qui jalonneront le développement de la capitale pour en faire une cité incontournable. A commencer par la dynastie des Hohenzollern qui règnera sur la ville dès le début du 15ème siècle.

Au 17ème siècle, après une Guerre de 30 Ans qui laisse Berlin décimée avec une population divisée de moitié, les souverains successifs vont réussir à faire revivre la capitale. En 40 ans la ville va en effet croître pour atteindre 20 000 habitants à la fin du 17ème siècle. Cette population s’est reconstruite grâce notamment à l’attractivité de la ville, favorisant les flux migratoires. La ville connaît alors un essor durable. Symbole de cette période flamboyante : la construction du Château de Charlottenburg en 1695 par Frederic III en l’honneur de son épouse Sophie Charlotte.

En 1701, l’Electeur Frederic III devient 1er Roi de Prusse sous le nom de Frederic Ier et Berlin devient capitale royale et capitale de la Prusse. Il ordonne dès 1709 la réunion de Berlin, Cölln, Friedrichswerder, Dorotheenstadt et Friedrichstadt sous le nom de Berlin qui comptera 55 000 Habitants.

Berlin capitale royale puis impériale : l’âge d’or

Durant le 18ème siècle, sous l’influence notamment de Frederic II, Berlin se développe et de grands bâtiments, emblématiques de la puissance de la ville, toujours visibles aujourd’hui, sont érigés comme l´Opéra (Staatsoper en 1742), le Prinz-Heinrich-Palais (1756) ou la Porte de Brandebourg (1791). Tout au long du 19ème siècle la ville va continuer son développement tant industriel que culturel avec, par exemple, la création de sa 1ère université dans le Prinz-Heinrich-Palais (l’actuelle Université Humboldt). Le rayonnement de la ville est tel qu’elle accueille un très grand nombre d’immigrants, si bien que la population dépasse les 400 000 habitants en 1847.

En 1871, la Prusse devient Empire et Berlin devient Capitale Impériale. L’importance politique, industrielle, économique, et scientifique de la ville ne cesse de croître. Au tournant du 20ème siècle, Berlin compte 1.9 millions d’habitants et connaît une véritable apogée économique, comme en témoignent l’ouverture de la 1ère ligne de métro entre le pont Warschauer Brücke et la place Knie (aujourd´hui Ernst-Reuter-Platz) et l’ouverture du grand magasin „Kaufhaus des Westens“ – KaDeWe sur le Kurfürstendamm, en 1907.

le kdw à Berlin

Pendant la 1ère Guerre Mondiale, si la ville n’est pas au cœur du conflit, son approvisionnement est très compliqué laissant une population affamée et lassée par la guerre. Grèves massives et manifestations mèneront à une révolution le 9 Novembre 1918 qui signera la fin de l’Empire : Guillaume II abdique. Le socialiste Scheidemann proclame la République de Weimar. Il demande l’armistice 2 jours plus tard.

De la République de Weimar à nos jours : de l’ombre à la lumière

Friedriech Ebertn social-démocrate devient Chancelier fin 1918. C’est l’avènement des idées sociales démocrates et communistes à Berlin. Fin 1920, la loi sur le Grand Berlin divise la ville en 20 arrondissements qui regroupent 3.8 millions d’habitants. C’est désormais la plus grande ville industrielle d’Europe. Elle est aussi une métropole culturelle légendaire rendue célèbre grâce à de grands esprits et artistes tels que Brecht ou Einstein, pour ne citer qu’eux… C’est aussi l’époque de la construction de sa 1ère autoroute et du 1er aéroport à Tempelhof.

La crise économique de 1929 va freiner brutalement la Belle-Epoque. Elle gagne rapidement Berlin qui subit de plein fouet ses conséquences : 664 faillites et 450 000 chômeurs en Février 1930. Les révoltes se multiplient et se terminent très souvent dans le sang. A l’occasion des élections municipales du 17 Novembre 1929 le parti national socialiste (NSDAP) fait son entrée dans le paysage politique berlinois en intégrant le conseil municipal avec 13 représentants. En 1932, tandis que le chômage touche plus de 600 000 personnes, l’influence des groupes extrémistes est croissante avec des épisodes violents de plus en plus fréquents. Les élections du 6 Novembre au Reichstag (Parlement Fédéral) font du NSDAP le groupe parlementaire le plus fort. Hitler est nommé Chancelier en 1933 et va progressivement faire basculer la République vers le 3ème Reich.

Les années sombres commencent pour Berlin. La capitale connaît un peu de répit en 1936 avec l’organisation des jeux Olympiques. Mais en 1939, la déclaration de Guerre est lancée à la Pologne depuis Berlin.

Berlin subira l’escalade de la violence contre les juifs avec notamment la Nuit de Cristal du 9 Novembre 1938 et la décision de la solution finale à la question juive sur les bords du lac Wannsee le 20 janvier 1941. 90 000 des 160 000 juifs berlinois vont pouvoir immigrer jusqu’en 1941, plus de 60 000 vont mourir jusqu’à la fin de la guerre. 1 400 vont survivre dans la clandestinité grâce à l’aide de la population berlinoise. A partir de 1940, la ville fait aussi face à de très nombreux bombardements qui la laisseront défigurée: 600 000 logements seront détruits. Plus de 50 000 berlinois trouveront la mort sous les bombes alliées, et parmi les 4,3 millions d´habitants d´avant-guerre, seuls, 2,8 millions vivent encore dans la ville à la fin de cette période.

Le 21 Avril 1945 l’armée rouge entre dans Berlin, le suicide d’Hitler, le 30 Avril, met fin à la bataille de Berlin. La capitulation est actée le 8 mai dans une caserne de la Wehrmacht, dans le quartier berlinois de Karlshorst. Suite aux accords passés avec les alliés en 1945, la capitale est partagée en 4 secteurs administrés par forces alliées : Etats-Unis, Union Soviétique, Grande-Bretagne et la France.

Entre 1946 et 1949, les conflits d’intérêts entre les puissances alliées vont s’intensifier, avec en point d’orgue le blocus soviétique et le pont aérien franco-américano-britannique. Ces tensions conduisent à l’échec de l’administration commune de la ville et Berlin est divisée en 2. En Septembre 1948, l’assemblée municipale transfère ses séances à l’Ouest de la ville pour une durée provisoire, qui, finalement, durera 40 ans. En parallèle, une administration est constituée à Berlin Est en Novembre. La scission municipale est officielle.

Ces tensions vont s’étendre à l’Allemagne. Le 23 Mai 1949 la République fédérale d’Allemagne est fondée dans les zones occidentales de l’Allemagne. Bonn devient capitale fédérale. Le 7 Octobre 1949 Berlin Est devient Capitale de la RDA. Dès lors, l´accès à Berlin-Ouest à travers la zone d´occupation soviétique ne sera possible qu´en utilisant les voies de transit fixées par l’Union Soviétique jusqu’en 1990. Le statut particulier de Berlin Ouest géré par les alliés restera tel quel jusqu’à la réunification et l’enclave berlinoise cristallisera les tensions de la Guerre Froide dont elle devient le cœur pendant 40 ans.

En 1961, la tension est à son comble et la RDA commence la construction du Mur qui scindera définitivement et symboliquement la ville en 2 et divisera de nombreuses familles. On peut encore le voir dans certains quartiers, il a même été réhabilité et mis en valeur par des artistes à la East Side Gallery. La ville va continuer à vivre et se développer à 2 rythmes différents avec des modes de vie radicalement opposés de chaque côté du Mur, en subissant des périodes de tensions et de détentes successives.

Durant toute cette période, Berlin Ouest sera soutenue financièrement par la RFA et les alliés pour rester viable. A l’Ouest, la ville va continuer son développement et se moderniser bien que cernée par l’Union Soviétique. A l’Est, la reconstruction sera aussi de mise grâce aux moyens soviétiques mais le développement sera encadré et les libertés de la population très limitées, à l’instar de tous les peuples d’URSS. Cette double influence est encore visible aujourd’hui dans le paysage architectural de la ville.

Suite à de nombreux mouvements citoyens à la fin des années 80 en RDA pour réclamer plus de liberté et faciliter les voyages vers l’Ouest, les discussions vont dégénérer jusqu’à un point de non-retour : le 9 Novembre 1989. Sous la pression des foules, la RDA cède et ouvre les frontières, le Mur tombe. L’Allemagne sera réunifiée le 3 Octobre 1990.

Au début des années 90, l’Allemagne réunifiée va se reconstruire et dès 1991, Berlin redevient Capitale fédérale. Le transfert des différentes instances sera progressif sur 10 ans et se terminera avec la fin des travaux de la Chancellerie à Berlin en 2001. En 1994 les troupes alliées de la 2nde Guerre Mondiale quittent Berlin qui peut enfin à nouveau prendre son destin en main. La Constitution de Berlin (écrite en 1948 et appliquée depuis 50 par la partie Ouest) est renouvelée et adoptée pour l’ensemble de la ville. La capitale va progressivement prendre un nouveau visage avec des bâtiments historiques rénovés comme le Reichstag ou des quartiers entièrement nouveaux et modernes comme Potsdamer Platz, symbole du renouveau et d’un nouvel essor. En 2012, Berlin a fêté son 775ème anniversaire avec une population unie dans une capitale devenue l’une des plus attractives d’Europe.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>